Le ''règne'' des Free Party?


15 juillet 2020

Texte choppé sur Le Parisen : 

Par Sofia Khatsenkova / Le 11 juillet 2020 à 14h47 :
Sur cette route sombre aux abords du bois de Vincennes, plusieurs silhouettes se faufilent entre les arbres. Leur seul guide : des coordonnés GPS et la lumière de leur smartphone. Nous sommes un samedi soir, tard. Les bruits des pas et des insectes nocturnes sont peu à peu couverts par ceux des basses… qui couvrent tout lorsqu'on débouche enfin sur une clairière, où une centaine de personnes se déhanchent sur de la musique électronique. Bienvenue dans une free-party.
Alors que les discothèques n'ont toujours pas le droit de rouvrir leurs portes au public, de nombreux « teufeurs » se tournent désormais vers ces soirées illégales et non-déclarées.
Les free parties, la plupart du temps gratuites ou alors avec une participation volontaire, sont souvent organisées dans des lieux désaffectés ou en pleine nature. L'endroit de la fête est communiqué à la dernière minute et à un nombre restreint de participants afin d'éviter une intervention prématurée des forces de l'ordre. Le phénomène n'est pas nouveau, il a trente ans, mais il semble exploser depuis le déconfinement en région parisienne.

Pour lire la suite c'est par là -->

Crédit Photo @benjhoff 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article